Keltika

De la bonne heroic-fantasy française

Ceux qui me connaissent savent qu’il y a plusieurs types de lectures qui retiennent mon attention : Les romans historiques, la science fiction, l’héroic-fantasy et les essais et études consacrées à l’histoire, la politique et aux civilisations celtes.

Depuis plusieurs mois je cherchais des auteurs de héroic-fantasy français, pensant que ce genre n’est pas le propre de la littérature anglo-saxonne même si le maître incontesté sur le sujet est assurément J.R.R. Tolkien. Et pour cause, Bilbo le Hobbit et le Seigneur des Anneaux ont été à l’origine de tant et tant de littérature qu’il serait bien impossible de lister tous les auteurs et ouvrages qu’ils ont inspirés.

Cependant, j’ai trouvé 2 auteures exceptionnelles.

La première est Anaïs Cros qui a écrit la saga des Lunes de Sang… Cette saga met en scène 3 amis improbables et totalement différents, un nain, un demi-lunaire et une femme, qui ont pour objectifs de lutter contre des personnes maléfiques et maintenir la paix dans un royaume fantastique. Si vous aimez les enquêtes policières, les attaques magiques, les querelles fratricides, les chevauchées de dragons, cette saga composée de 6 livres (3 volumes) retiendra toute votre attention. J’ai personnellement adoré les liens qui unissent Evrahl le nain, Listak le demi-lunaire et Amhiel, cette femme tellement sensible… Une saga que je relierai sans aucune hésitations.

La seconde est Magali Ségura qui a publié plusieurs saga. J’ai lu le cycle « éternité » composé de 3 volumes qui sont superbes et haletants. L’histoire est celle d’une « sorcière », Naslie et son compagnon le guerrier de l’acier Yshem, aux caractères complètement opposés qui se lancent à la poursuite de leur fils qui a été enlevé… Touchant, captivant, plein de rebondissements, ces livres sont des pépites.

L’avantage de lire de la fantasy en français, c’est qu’il n’y a pas de traduction erronée ; là les mots nous touchent directement, ils nous parlent, ils transmettent directement leurs messages. La lecture des deux sagas que je vous recommande est un vrai plaisir, un délice à consommer sans modération.

Faire son tartan personnel

Voilà, c’est fait, il existe désormais un tartan personnel Laurent Jaunaux qui a été déposé au Scottish Register of Tartans.

Ce tartan est réservé aux Jaunaux, à la famille, aux cousins et aux amis proches.

Il reprend les couleurs de mon blason ; à l’exclusion du blanc qui est représenté ici par un gris. Le blanc est une teinture exceptionnelle et la laine au naturelle n’est pas blanche, elle est écrue ou d’un gris clair.

Ainsi nous retrouvons la couleur rouge dite « de gueule » en héraldique qu est déclinée en 2 tons ; un ton foncé et un ton plus clair afin de donner un relief à la couleur. Le chevron et les 3 roses du blason sont de cet email.

Nous utilisons la couleur jaune foncé, « d’or » en héraldique qui rappelle le compas de même qui est broché sur le chevron. Les 2 lignes d’or symbolisent les deux branches de notre famille. L’écartement de ces lignes est significatif et son « thread count » (nombre de brins) est symbolique ; il représente un nombre qui m’est cher. Les lignes d’or réhaussent ce nombre.

Le blanc est symbolisé ici par les 2 lignes grises ; la position des lignes rappelle celle des tartans Ramsay ceci afin de rappeler que notre famille a été adoptée par ce clan du Mid-Lothian en Ecosse.

Enfin, pour que le tartan soit harmonieux, la couleur terre foncée a été utilisée comme champ. C’est une couleur chaude, sympathique et naturelle.

Pour réaliser son propre tartan, il est recommandé d’avoir un maximum de 6 couleurs maximum dans son tartan ; le nôtre en utilise 5. Un spécialiste de la création des tartans (qui en possède plusieurs à son actif) m’a conseillé d’utiliser très rarement la paire de brins, à savoir une ligne composée de 2 brins d’une même couleur ; il s’agit de la ligne la plus fine qui puisse être réalisée sur un tartan et il semblerait qu’elle soit principalement utilisée pour réhausser une couleur ou pour donner un relief. Mes lignes sont donc avec un minimum de 4 brins, ceci afin d’être facilement visibles.

Le tartan est accessible sur le Scottish Register of tartans ici : https://www.tartanregister.gov.uk/tartanDetails?ref=13157

Tricolour Spirit, un tartan pour la France…

En surfant sur le Scottish Register of Tartans il m’est vite apparu qu’il n’existe que peu de tartans aux couleurs de notre drapeau ; le seul s’y approchant est celui de la Auld Alliance, une association commémorant cette alliance militaire entre la France et l’Ecosse mais dont le port est très malheureusement réservé à ses membres.

Grâce à l’aide d’un kilteux très éclairé appelé Richard (il se reconnaîtra), nous avons réalisé ce tartan aux couleurs Françaises… Cependant, afin qu’il ne soit pas « flashy » mais plutôt discret, nous lui avons donné des couleurs sombres qui le rendent sympa et accessible à tous.

Le threadcount, la répartition et le comptage des brins, reste le secret de son concepteur qui a par ailleurs déjà reçu des offres de tissage.

Au niveau de la conception, nous y retrouvons les 3 couleurs de notre drapeau, d’où son nom « Tricolour Spirit », l’Esprit Tricolore… Une particularité de ce tartan est qu’il possède un dégradé de rouges qui lui donnent du relief.

Les valeurs de notre pays, Liberté, Egalité et Fraternité sont représentées par les 3 lignes parallèles tant verticales qu’horizontales qui traversent le tartan.

Plusieurs amis ont déjà manifesté leur intérêt pour ce tartan novateur.

Pour simplement afficher sa fierté d’être Français…

Le lien : https://www.tartanregister.gov.uk/tartanDetails?ref=13135

#TricolourSpirit #TartanFrançais

Tricolour Spirit !

Vers un monde plus sain…

L’année commence bien étrangement ; Facebook change les conditions d’utilisation de WhatsApp, application de messagerie très utilisée…

Cela doit nous interpeller à plusieurs titres. D’abord il faut savoir que tout ceci a un lien avec le RGPD. Il est une information sur le RGPD qui n’a pas été très relayée par les médias grands publics et qui pourtant est très importante ; en 2020, le Privacy Shield a été invalidé par les CNIL européennes (lire cette informations : https://www.cnil.fr/fr/invalidation-du-privacy-shield-la-cnil-et-ses-homologues-analysent-actuellement-ses-consequences). Le Privacy Shield, c’était une garantie minimale que certaines entreprises US travaillant avec l’Europe garantissaient à minima (je me répète mais cela correspond à une réalité) le respect de la protection des données des Européens, grâce à un principe de lois se voulant correspondre à un RGPD très léger. Autre point important, le Privacy Shield est déclaratif ce qui signifie que les entreprises US déclarent le respecter… Sauf qu’on sait qu’entre les paroles et les actes, il peut y avoir un grand écart.

Bref passons, le Privacy Shield est invalidé. Concrètement cela veut dire quoi ? Cela veut dire que nos données à nous, Européens, ne sont plus en sécurité aux USA et que leur confidentialité n’est absolument plus garantie.

Et c’est bien ce qui est en train de se passer avec WhatsApp qui modifie ses conditions d’utilisations. Désormais, vous aurez l’obligation (au moins pour les comptes professionnels dans un premier temps en EU et au UK) de partager certaines données privées, même si vous ne le souhaitez pas…  Vos discussions pourront être stockées par Facebook (la maison mère) afin de vous proposer des produits publicitaires encore plus adaptés à vos besoin… Le Big Data est dépassé ; nous somme dans le Giant Data ; grâce à vos données, Facebook peut générer des profits publicitaires en se servant de vos idées, goûts, opinions comme d’un produit à destination des publicitaires et autres sociétés bien commerciales, et ce, si vous acceptez les dernières conditions générales d’utilisation… Mais concrètement, qui les lit ?

Cette mise à jour des CGU de WhatsApp sonne en nous comme un signal ; celui du changement, celui de l’évolution de la pensée et de l’action. Évolution de la pensée parce qu’il arrive un moment où, même si on photographie ses repas pour les publier sur les réseaux sociaux, on commence à en avoir marre d’être utilisé comme un produit et dans l’affaire qui nous concerne, ce manque de « respect » de l’utilisateur devient palpable.

Action, parce que tout changement s’inscrit dans une dynamique. Ma dynamique à moi va être de commencer à me passer des GAFAs (Google, Apple, Facebook, Amazon) qui sont devenus omniprésents dans notre vie, non pour notre bien, mais pour leurs dollars et profits.

Par où commencer ? Déjà en quittant les réseaux sociaux qui sont des « pompes » à données personnelles, ce qui est fait à notre insu (vous savez les CGU qu’on accepte sans avoir lues), dont la finalité est loin d’être aussi transparente qu’affichée. Par exemple, on peut remplacer WhatsApp par signal qui est une messagerie qui lui est en beaucoup de points similaire, qui est open source et qui est sécurisée (Elle est utilisée par Edward Snowden).

Ensuite, vous êtes Amazon addict ? Et si vous changiez pour cdiscount qui fait exactement la même chose, le RGPD en plus… ? Sinon vous savez, il y a toujours des petits commerçants locaux que notre gouvernement n’a pas tué… N’hésitez pas à acheter local, ils vous en seront reconnaissants.

Et en réseau social où je peux publier les photos de mes repas ?… Eh bien je migre peu à peu vers vk.com ; il s’agit du Facebook Russe avec quelques nuances. D’abord son client est open source (cela veut dire qu’on sait comment le programme qui s’installe sur votre ordinateur est conçu, ce qui est plutôt rassurant). Ensuite il semble beaucoup moins sensible à la pudibonderie et à la censure telle qu’on peut la voire sur Facebook. Seul point commun avec Facebook, les agences de renseignement du pays peuvent avoir accès – à la demande bien sûr, encore que je vous invite à voir le film « Snowden » pour bien comprendre comment cela fonctionne – à vos données. Bon, les agences de renseignements ne sont évidemment pas là pour vous vendre des produits commerciaux… Pour tout vous dire j’ai un profil sur VK et j’y vais de plus en plus souvent.

Sinon ça peut être l’occasion de développer un réseau social communautaire ; à savoir un dédié à la spiritualité par exemple ?…

Tout ça pour dire quoi ?

Rassurez vous, ce n’est pas parce que vous quittez un réseau social que vous vous couperez de vos amis ; sinon ils ne sont pas vraiment vos amis…

Donc profitons des bonnes résolutions pour la nouvelle année ; évitons les GAFAs… et notre vision de l’avenir sera je pense plus saine…

Good bye Sir Connery

Un Grand Homme s’en est allé ce jour…

C’est avec une trés grande tristesse que j’ai appris le décès de Sir Thomas Sean Connery, plus connu sous son nom d’acteur Sean Connery.

Grande tristesse car il était une figure – sinon la figure – emblématique de l’Ecosse. Son flegme, son intelligence et sa classe vont terriblement nous manquer.

Quel acteur remarquable ; il fut le premier James Bond, et quel James Bond !… Lorsqu’il conduisait son Aston Martin, tous les hommes se sentaient James Bond… Il fut également Ramirez, autre rôle qui me marqua et qui m’amusa, lui l’éternel écossais il jouait le rôle d’un Espagnol dans le premier Highlander. Quelle rigolade lorsqu’il donnait la réplique à Christophe Lambert et que celui-ci lui parlait du haggis, et Sean Connery de lui demander : Haggis ? C’est quoi le haggis ?…

Que penser de lui en super méchant dans « the avengers » (chapeau melon et bottes de cuir), film qui n’eut pas un grand succès mais dans lequel il apparaîssait vêtu de la tenue traditionnelle du Highlander, jusqu’aux plumes sur son bérêt.

Enfin Zardoz dans le film éponyme, en Capitaine d’Octobre Rouge ou en Daniel Dravot dans le fameux et mystique « homme qui voulut être Roi »… Il aura tourné énormément de films et les citer tous ici serait impossible.

Chevillé à l’Ecosse, militant indépendantiste, il vient de rejoindre les terres légendaires des ancêtres.

C’est un monument de l’Ecosse qui s’en est allé…

Shares
Share This